Les nouvelles technologies : pourvoyeur important d’emplois pour les personnes à besoins spécifiques

Le secteur des nouvelles technologies et de l’offshoring est de plus en plus porteur en matière de création de richesse et d’emplois, notamment parmi les personnes à besoins spécifiques, a indiqué, mercredi soir à Casablanca, Nouzha Skalli, ministre du Développement social, de la Famille et de la Solidarité.

Lors d’une cérémonie de signature d’une convention entre son ministère et l’Association des centres d’appels et des services informatiques offshore au Maroc (Acasiom), Mme Skalli a estimé que les personnes à besoins spécifiques représentent pour le pays et pour les investisseurs un vivier de compétences et de profils divers et prometteurs. Après avoir souligné l’énorme potentiel de la filière des nouvelles technologies et de l’offshoring dans le domaine d’intégration des jeunes en général, et des personnes en situation de handicap en particulier, la ministre s’est félicitée des performances réalisées par les champions marocains lors des derniers jeux paralympiques de Pékin, en récoltant une moisson de 7 médailles dont 4 en or.

Vers l’intégration de ces personnes dans la vie active

Elle a réaffirmé que l’intégration de cette catégorie dans la vie active est l’une des missions stratégiques de son département qui a inscrit dans son plan stratégique 2008-2012 l’élaboration d’un projet de loi visant la promotion des droits des personnes handicapées.
Mme Skalli a également rappelé la série de rencontres organisées, durant les derniers mois, dans les différentes régions du Royaume pour approfondir le débat autour d’un texte consacrant l’équité et l’égalité des chances, la nondiscrimination, le respect de la différence, le respect de la dignité, de l’autonomie individuelle et de l’indépendance personnelle.
L’intégration scolaire et professionnelle, les accessibilités et le renforcement de la situation juridique, selon une approche inclusive, la question de l’emploi des personnes à besoins spécifiques trouvent toute leur place dans cette stratégie, a-t-elle expliqué.
Mme Skalli a noté que la signature de cette convention «n’est qu’un premier pas vers un partenariat plus intégré et global qui nous permettra, a-t-elle dit, de veiller à ce que nos ambitions et engagements soient traduits en résultats palpables».
Elle a à cet égard jugé «plus qu’utile» l’instauration d’un «Label responsabilité sociale» à l’initiative conjointe du ministère et du Salon international des centres de contacts et d’appels au Maroc (Siccam), destiné à inciter les centres d’appels membres de l’association et du Siccam à intensifier le recrutement des candidats à besoins spécifiques. La convention a été signée par Mme Skalli et M. El Ghali Tahiri, président de l’Association.